Navigation – Plan du site
Recherches

Effets établissement et salaires des diplômés des universités françaises

Jean-François Giret et Mathieu Goudard

Résumés

L’objectif de cet article est d’étudier les liens entre les salaires des diplômés de l’université en France et certaines caractéristiques de ces universités. Nous prenons appui sur les données de l’enquête Génération 98 du Céreq enrichies par des données issues principalement de l’annuaire des établissements d’enseignement supérieur pour les caractéristiques des universités. La modélisation employée, une analyse multiniveaux, permet d’exploiter la hiérarchie de nos données et ainsi d’identifier, voire de quantifier d’éventuels effets établissement. La prise en compte de nombreuses caractéristiques individuelles nous permet d’obtenir une hiérarchie salariale entre les différentes disciplines : les étudiants en sciences, économie ou gestion ont les salaires les plus élevés, suivis par les diplômés de droit, de sciences politiques, de communication, de lettres et langues, tandis que les diplômés de sciences humaines sont les moins bien rémunérés. Au niveau de l’établissement, nous obtenons un effet de la composition socioéconomique de la population étudiante ainsi qu’un effet de réseau de l’université sur le marché du travail. Ces résultats restent relativement stables si l’on regroupe les universités suivant leurs disciplines dominantes, à l’exception de celles ayant une forte composante scientifique.

Our aim in this article is to focus on the relationship between earnings of graduates from french universities and some characteristics of these universities. We use data from the Génération 98 survey of the Céreq, enriched with informations taken from the ANETES (a national yearbook on higher education institutions) for universities. We consider multilevel modeling, allowing us to exploit the natural hierarchy in our individual datasets, and thus to identify or even to measure potential schooling effects. As we take into account many individual characteristics, we can obtain an income hierarchy between the different majors : students who graduate from science, economics or management have the highest earnings, then we find those who graduate from law science, political science, communication or letters and languages, while the ones who graduate from social studies get the lowest incomes. At the university level, we find two significant effects : one of the socioeconomic composition of the student population, and another that we can call network effect of the institution on the job market. These two last results remain stable when we consider subsamples of universities according to their major fields, except for those with a strong science component.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Giret et Mathieu Goudard, « Effets établissement et salaires des diplômés des universités françaises », Économie publique/Public economics [En ligne], 21 | 2007/2, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://economiepublique.revues.org/8042

Haut de page

Auteurs

Jean-François Giret

IREDU et Céreq, Université de Bourgogne.

Mathieu Goudard

GREQAM, Aix-Marseille Université.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page