Navigation – Plan du site
Dossier – Incitations financières et démographie

Le quotient familial a-t-il stimulé la natalité française ?

Camille Landais

Résumés

Dans cette étude, nous exploitons les variations des mesures familiales de la législation de l’impôt sur le revenu afin d’estimer l’impact des incitations financières sur la fécondité à partir de la méthode dite des « expériences naturelles ». Nous utilisons des données annuelles issues du dépouillement exhaustif de l’ensemble des déclarations de revenus par l’administration fiscale depuis 1915. Nous avons exploité deux expériences naturelles, le plafonnement des effets du QF en 1981 et l’introduction de la demi-part supplémentaire au troisième enfant en 1980, qui semblent indiquer que l’impact des politiques d’incitations fiscales sur la fécondité est positif, mais toujours extrêmement faible. Néanmoins, même s’ils demeurent très faibles, ces effets présentent deux caractéristiques remarquables. Ils sont tout d’abord très lents à se diffuser (5 à 10 ans). Ils sont ensuite assez clairement dissymétriques en fonction du rang de naissance et du niveau de revenu : la politique de troisième enfant a une certaine efficacité quoique très restreinte et les très hauts revenus sont légèrement plus sensibles aux incitations fiscales que les hauts revenus.

In this article, we try to estimate the impact of financial incentives on fertility using the natural experiment method. The data used in this paper come from annual 1915-1998 income tabulations produced by the French Income Tax system, which has always embedded strong familial measures in order to stimulate fertility. We focused on two particular episodes : the ceiling of the effects of the Quotient familial decided in 1981, and the extension of the incentives towards the third child which took place in 1980. Our estimates tend to prove that fiscal policy has a very small impact on French top revenues’ fertility. But this impact is peculiar in the sense that it is quite clearly asymmetric : the incentives are a little more efficient at the third child’s level, and the elasticity of fertility seems a little stronger for very high revenues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Landais, « Le quotient familial a-t-il stimulé la natalité française ? », Économie publique/Public economics [En ligne], 13 | 2003/2, mis en ligne le 04 janvier 2006, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://economiepublique.revues.org/279

Haut de page

Auteur

Camille Landais

EHESS, ENS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page