Navigation – Plan du site
Panorama – Europe, langue et démocratie

Le Français, deuxième langue de l'Union européenne ?

French, Second Language in the European Union ?
Jan Fidrmuc, Victor Ginsburgh et Shlomo Weber

Résumés

Le cinquième élargissement de l'Union européenne en 2004 conduit à un « pays » de 450 millions d'habitants, qui doit gérer 20 langues et le défi lancé par des langues supplémentaires dont certaines ont un nombre plus important de locuteurs que les 20 langues officielles. Il faut certes se féliciter du souci d'égalitarisme à la base de ce processus, mais celui-ci coûte cher, aussi bien en termes monétaires (1,2 milliard d'euros par an) qu'en termes d'efficacité de la communication. Nous examinons quelques solutions qui permettraient d'alléger les problèmes posés. Nous commençons par nous intéresser aux langues les plus représentatives dans le monde et dans l'Union Européenne. Nous observons que dans l'UE, et à plus d'un égard, même dans le monde, il s'agit, comme on peut s'y attendre, de l'anglais, de l'allemand et du français, qui a malheureusement perdu sa deuxième place suite au dernier l'élargissement. Ces trois langues sont celles qui permettent de réduire sensiblement l'exclusion dans la plupart des pays de l'espace européen et sont par excellence les langues pivot à partir desquelles les traductions peuvent se faire plus aisément vers les autres langues de l'Union. La traduction de ces autres langues pourrait être décentralisée dans les pays concernés, et financée par des transferts en provenance de Bruxelles. À charge de chaque pays de décider s'il faut traduire vers sa langue, ou si les montants mis à sa disposition peuvent trouver une autre utilisation estimée plus judicieuse.

The European Union has recently expanded from 15 to 25 countries. In line with this enlargement, the list of official EU languages has grown from 11 to 20. Currently, the EU extends equal treatment to all member countries' official languages by providing translations for documents and interpreting services. This, however, is costly, especially when recognizing that many Europeans speak one of the procedural languages of the EU, English, French or German, either as their native language or as a foreign language. We compute disenfranchisement rates that would result from using only the three procedural languages for all EU business. These three languages could serve as pivotal languages to which and from which the 17 other languages could be translated. We argue that an efficient solution would be to decentralize the provision of translations, so that each country (language) could decide to use the transfer from the EU the way it wants, with translation into its own language as one among the possible uses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Fidrmuc, Victor Ginsburgh et Shlomo Weber, « Le Français, deuxième langue de l'Union européenne ? », Économie publique/Public economics [En ligne], 15 | 2004/2, mis en ligne le 12 janvier 2006, consulté le 23 août 2017. URL : http://economiepublique.revues.org/125

Haut de page

Auteurs

Jan Fidrmuc

Brunel University, Grande-Bretagne et CEPR

Victor Ginsburgh

ECARES Université Libre de Bruxelles et Core, Université catholique de Louvain

Shlomo Weber

Core, Université catholique de Louvain, Southern Methodist, University Texas et CEPR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page